National

L’appel des présidents de l’APN et de l’Union des Conseils des pays membres de l’OCI : Soumettre une clause d’urgence pour adopter une résolution condamnant l’atteinte aux symboles religieux

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN) et le président de l’Union des Conseils des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), Brahim Boughali, ont appelé, hier à Alger, les parlements des Etats membres à soumettre « une clause d’urgence » lors de la prochaine session de l’Union interparlementaire en vue d’adopter une résolution condamnant et criminalisant l’atteinte aux symboles religieux et sacrés.

Intervenant par vidéoconférence lors de la réunion des parlements de l’Union des Conseils des pays membres de l’OCI consacrée à l’examen des moyens d’interdire  les comportements abjects qui portent atteinte aux valeurs de tolérance et de modération du Saint Coran, M. Boughali a condamné et dénoncé à nouveau les agressions ignobles contre la religion islamique et les Musulmans au nom de la liberté d’expression ». Il a souligné dans le même contexte que « ce que certains extrémistes ont fait sous la protection de la police dans certains pays européens en brûlant le Saint Coran, est une provocation qui exacerbe la haine, l’extrémisme et la violence. C’est aussi une épreuve pour renforcer notre solidarité pour défendre notre religion ». « Nous prenons acte des excuses tardives des gouvernements suédois et danois et leur annonce de réexaminer leurs lois afin d’éviter la répétition de ces pratiques, ainsi que l’adoption d’une résolution par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies condamnant l’autodafé du Saint Coran », a-t-il soutenu.

Et d’ajouter: »nous sommes appelés ainsi à prendre des mesures appropriées pour prévenir ces comportements à l’avenir, ce qui nous interpelle à renforcer en urgence notre solidarité face à ces actes odieux à travers le renforcement de l’action multilatérale pour émettre des résolutions et des législations criminalisant les atteintes aux lieux saints religieux, en sus de poursuivre les auteurs et d’empêcher que ces pratiques ne deviennent un modèle social admis dans les milieux populaires et officiels occidentaux ». Le président de l’APN a suggéré, dans ce sens, « de présenter une clause d’urgence lors de la prochaine session de l’UIP pour l’adoption d’une résolution condamnant toute atteinte aux lieux saints et symboles religieux et criminalisant cet acte odieux », appelant tout un chacun « à la coordination des efforts et à une action commune pour présenter cette proposition au nom des groupes parlementaires africain, asiatique et arabe ». Concernant cette réunion, M. Boughali a fait savoir qu’elle permettait de renouer avec la tradition des consultations sur les questions qui concernent la nation islamique, afin de suivre les développements et d’œuvrer ensemble à la préservation de notre sécurité intellectuelle et religieuse.

Par ailleurs, M. Boughali a soulevé la question des « conséquences des changements climatiques et des risques liés aux catastrophes naturelles dont l’ampleur a augmenté ces dernières années, notamment la grande catastrophe qui a endeuillé la ville de Derna en Libye », ajoutant que « les scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme sur la situation climatique de plus en plus complexe en raison du comportement humain, notamment dans les pays riches qui n’ont pas respecté leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’où la hausse des températures, entrainant notamment le stress hydrique et l’accroissement des catastrophes naturelles et des incendies ». Il a mis en avant, dans ce contexte, la nécessité de créer des mécanismes et des stratégies innovantes, de tirer profit des résultats des recherches scientifiques avancées, et de réfléchir à des initiatives pratiques concrètes pour activer le système de valeurs de notre religion, en impliquant les savants religieux dans les initiatives de lutte contre le changement climatique en vue de sensibiliser les musulmans à préserver la vie sur la planète Terre. Il a également appelé les parlements des Etats membres de l’OCI à « contribuer à prendre des initiatives visant à atténuer les effets des changements climatiques et à exhorter leurs gouvernements à plaider sur les graves répercussions de ce phénomène lors du sommet des Emirats arabes unis (EAU) en décembre prochain ».
R.N.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page