mercredi , octobre 16 2019
Home / À la une / Conseil interministériel élargi : examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale

Conseil interministériel élargi : examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale

Un conseil interministériel élargi s’est tenu, dimanche, sous la présidence du Premier ministre, Noureddine Bedoui, consacré à l’examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale, une réunion couronnée par un communiqué dont voici le texte:

« Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé, dimanche 14 juillet 2019, une réunion d’un conseil interministériel élargi consacré à l’examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale y compris ceux relatifs à la rentrée pédagogique, au cours duquel ont été exposées les mesures prises par dix-sept (17) secteurs ministériels, les ministres ayant présenté leurs rapports d’étape concernant ces préparatifs, notamment l’état de mise en £uvre des décisions prises lors des deux conseils ministériels tenus les 23 avril et le 19 mai 2019 concernant le même sujet ».

A l’issue des exposés présentés, le Premier ministre a mis l’accent sur l’importance de ce rendez-vous et la nécessaire mobilisation de tous pour sa réussite, notamment dans la conjoncture que traverse notre pays et qui exige la multiplication et la conjugaison des efforts, en particulier ce qui a trait à la rentrée scolaire qui constitue la première priorité durant l’étape actuelle. A cet effet, plus de 09 millions d’élèves, 1.8 million  d’étudiants, tous cycles confondus, et 380.000 apprentis du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels seront accueillis à la prochaine rentrée pédagogique.

Les efforts des autorités publiques pour le renforcement de l’infrastructure éducative ont été sanctionnés par la réalisation de plusieurs structures. Ainsi, Plus de 695 nouvelles structures scolaires, dont 452 primaires, 144 CEM et 99 lycées, en sus de 273 nouvelles cantines scolaires, seront mis en service à la prochaine rentrée scolaire.

S’agissant de la rentrée universitaire, le secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique sera renforcé par plus de 62.000 nouvelles places pédagogiques et plus de 31.000 nouveaux lits, au profit des étudiants, portant ainsi la capacité d’hébergement globale à plus de 658.000 lits.

Quant au secteur de la formation et l’enseignement professionnels, il s’agit de la mise en service de 24 nouveaux établissements de formation, d’une capacité de plus de 15.000 apprentis, qui viendront s’ajouter à 1.295 établissements déjà existants.

Le Premier ministre a décidé ce qui suit: 

Premièrement: pour la rentrée scolaire, universitaire et professionnelle: Il a décidé d' »accélérer la réalisation des différentes infrastructures devant entrer en service et dont les travaux ont avancé considérablement et chargé le ministre des Finances de veiller personnellement à mobiliser les ressources financières nécessaire à cet effet et d’envoyer des commissions d’inspection multisectorielles pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux sur le terrain au niveau de toutes les wilayas, en accordant un intérêt particulier aux infrastructures situées dans la wilaya d’Alger, eu égard à la forte demande enregistrée ».

A cet effet, le Premier ministre a chargé les secteurs de l’Education nationale, de la Formation et de l’Enseignement supérieur de consacrer au moins 3% de leurs ressources humaines et de leurs capacités pédagogiques aux élèves issus de cette catégorie, sachant que des classes intégrées et aménagées seront créées dès la prochaine rentrée scolaire pour la prise en charge de cette catégorie.

Dans le même contexte, M. Bedoui a chargé les ministres de l’Intérieur et du Travail de revoir les mécanismes de mise à contribution des petites et moyennes entreprises créées au titre des différents programmes de soutien à l’emploi de jeunes dans la prise en charge de ces prestations et la mise à contribution des collectivités locales, notamment à travers la mise en œuvre du nouveau cadre réglementaire relatif aux délégations de service public.

Concernant les structures relevant du secteur de l’Enseignement supérieur en cours de réalisation, le ministère des Finances procèdera à l’affectation des postes budgétaires nécessaires à leur gestion, à l’achèvement de leurs travaux de réalisation. Il s’agit de la méthode utilisée dans la réalisation de tous les projets publics dans le cadre de la rationalisation des dépenses publiques.

 

Il a également été question de l’activation du rôle des centres d’excellence et de leurs annexes en matière de formation professionnelle et d’apprentissage, en adoptant une approche d’anticipation pour la conformité du produit de formation avec les besoins du marché d’emploi tout en les adaptant aux spécificités de chaque activité et de chaque région.

Dans ce sens, le Premier ministre a ordonné d’exploiter les ressources disponibles du secteur, et à leur tête, le fonds national de développement de l’apprentissage et de la formation continue qui constitue un acquis pour les apprentis.

Il a invité, également, le ministre de la Formation professionnelle à faire une présentation, lors du prochain conseil ministériel, sur les centres d’excellence et la situation de ce fonds spécial.

Le Premier ministre a donné des instructions au ministre des Finances pour formuler des propositions sur l’exploitation optimale des ressources financières non exploitées, disponibles au niveau des différents fonds spéciaux.

Deuxièmement: pour la rentrée sociale

La nécessité de faire prévaloir le dialogue avec les différents partenaires sociaux dans tous les domaines, d’activer les mécanismes de l’action de proximité et d’écoute à travers les sorties de terrain par tous les secteurs, et prendre des mesures immédiates pour la prise en charge des préoccupations des citoyens et des opérateurs au niveau national.

S’agissant de la campagne moissonnage-abattage de la saison actuelle, le Premier ministre a donné des instructions pour la prise en charge immédiate des préoccupations exprimés par les agriculteurs concernant la facilitation des opérations de stockage de récolte de blé pour cette année qui s’avère exceptionnelle notamment à l’Est du pays.

Dans ce cadre, les ministres de l’Intérieur, de l’Agriculture et de Industrie ont été chargés de prendre des mesures d’urgence pour l’exploitation des capacités de stockage disponibles sur le territoire algérien et sa mise à disposition du produit nationale en premier lieu, ainsi que l’accélération de la réalisation des centres de stockage des céréales.

La nécessité d’assurer un approvisionnement ordinaire et régulier du marché national en produits alimentaires, énergétiques et en eau potable et l’impératif d’accélérer la réalisation des projets relevant du secteur des Ressources en eau, essentiellement, la réalisation de quatre stations d’épuration des eaux usées à la wilaya de Djelfa, prévue en deux phases 2019 et 2020, outre l’amélioration de la qualité des eaux potables dans cette wilaya.

Le Premier ministre a instruit également à l’effet d’assurer l’exploitation des capacités nationales de recherche lors de la réalisation et de la gestion des cinq stations de dessalement en cours et la formulation de propositions concernant la rationalisation de la gestion des 11 stations de dessalement en cours de réalisation pour acquitter des missions qui leur ont été assignées.

La nécessité de renforcer les opérations de jumelage entre les établissements de santé publique du nord et celles du sud, dans le cadre des préparatifs en cours dans le domaine de la santé publique.

Après exposition des préparatifs du secteur de la Jeunesse et des Sports en prévision de la prochaine saison, le Premier ministre a souligné la nécessité de proposer des solutions pratiques sur l’exploitation idéale des structures sportives et pour jeunes, les mettant à la disposition de la catégorie des jeunes et du mouvement sportif national à l’instar du pôle sportif relevant de la Région d’El Bez à Sétif.

Le Premier ministre a chargé le ministre de l’agriculture d’activer la dernière décision du Gouvernement portant soutien de la filière élevage camelin et caprin au niveau du Grand sud et des zones steppiques en assurant une subvention des prix de fourrage, un accompagnement vétérinaire et les eaux en faveur des éleveurs de cette richesse animalière nationale ».

Check Also

Les Tunisiens votent pour une présidentielle à suspense

    Homme d’affaires controversé ou théoricien du droit rigide: les Tunisiens ont commencé à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *