À la uneInternational

Génocide en Palestine : Netanyahu attaque la CIJ et confirme la poursuite du génocide  

La Cour Internationale de justice de La Haye a statué avant-hier, vendredi, que les conditions étaient réunies pour imposer des mesures temporaires à l’entité sioniste afin de prévenir le génocide contre les Palestiniens à Gaza et de répondre aux besoins humanitaires immédiats, mais elle n’a pas émis d’ordre de cessez-le-feu.
Le Premier ministre sioniste Benjamin Netanyahu n’a pas tardé a répondre par la négative, son gouvernement s’estimant au-dessus du droit international. Déjà il était bouleversé par le rejet par la Cour internationale de justice de la demande de l’État hébreu d’abandonner l’affaire du génocide. Il a donc d’abord dénoncé la décision de la Cour internationale de justice d’accepter l’examen du procès de l’Afrique du Sud accusant l’entité de génocide , et lorsque la décision est tombée il s’est engagé à poursuivre la guerre contre Gaza , notant que la cour n’avait pas ordonné de cessez-le-feu.
Netanyahu a déclaré, dans une déclaration télévisée commentant la décision de la Cour internationale de justice rendue avant-hier, vendredi, qu' »Israël a le droit fondamental de se défendre. Le tribunal de La Haye a rejeté la demande triviale visant à nous priver de ce droit », faisant référence à l’échec du tribunal pour répondre à la demande de l’Afrique du Sud d’émettre un ordre pour arrêter les bombardements aveugles ou plutôt ciblant essentiellement les enfants, les femmes et les jeunes. Le Premier ministre a exprimé sa colère face à la décision du tribunal de rejeter la demande de l’entité d’abandonner l’affaire, les juges ayant déclaré que l’Afrique du Sud avait le droit de déposer cette plainte. Il a déclaré, avec un cynisme propre aux sionistes : « La simple allégation selon laquelle Israël commet un génocide contre les Palestiniens est non seulement fausse, mais elle est odieuse. La volonté du tribunal de discuter de cette question constitue une tache qui ne sera pas effacée avant de nombreuses générations ».
Quoique Netanyahu ait demandé à ses ministres de ne pas commenter la décision du tribunal, certains d’entre eux avaient fait des déclarations ´attaquant la Cour. Ainsi, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, chef du parti d’extrême droite Pouvoir juif, n’a pas tardé à accuser le tribunal d’être « antisémite », une accusation qui tombe sur tout antisioniste ou critique de l’Etat hébreu. Dans un communiqué où le bourreau se fait passer pour la victime, il a poursuivi : « Nous ne devons pas écouter les décisions qui menacent l’existence continue de l’État d’Israël. Nous devons continuer à vaincre l’ennemi jusqu’à la victoire complète ». De même, le ministre sioniste des Finances, Bezalel Smotrich, chef du Parti du sionisme religieux, a déclaré : « Les juges de La Haye, qui s’inquiètent du sort des habitants de Gaza, devraient inviter les pays à les accueillir et à aider à reconstruire Gaza ».
Dans le même contexte, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré dans un article de blog sur X que l’entité sioniste n’a pas besoin de « leçons de moralité » de la Cour internationale de justice pour discriminer les civils dans la bande de Gaza. Il a ajouté que le tribunal était allé plus loin qu’un simple discours lorsqu’il a approuvé le procès de l’Afrique du Sud, qu’il a qualifié d' »antisémite », et qui discute d' »allégations » de génocide, selon ses propres termes. Il a affirmé la poursuite de la guerre dans la bande de Gaza.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page