Politique

Début des travaux à Brazzaville

Les travaux du Comité de haut niveau de l’Union africaine (UA) sur la Libye ont débuté hier à Brazzaville (Congo) avec la participation du Premier ministre, Nadir Larbaoui, en qualité de représentant du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Des chefs d’Etat et des représentants des dirigeants de pays membres du Comité ainsi que des responsables d’organisations internationales et régionales, prennent part aux travaux de la 10e session du Comité de haut niveau de l’UA.

Les participants au sommet de Brazzaville examineront les derniers développements de la situation en Libye, les efforts visant à rapprocher les vues et les moyens de parvenir à un consensus entre les parties libyennes pour la réalisation d’une réconciliation inclusive permettant de mettre fin au marasme politique que connait le pays, et d’organiser des élections parlementaires et présidentielles dans les plus brefs délais.

Une photo-souvenir des chefs d’Etat et de gouvernement participant au sommet a été prise avant l’ouverture des travaux par le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, dont le pays préside le Comité.

La Libye devait organiser des élections générales (parlementaires et présidentielles), fin 2021 mais le processus a échoué et les échéances ont été reportées, sans qu’aucune date ne soit fixée, en raison de divergences entre les parties libyennes sur certaines questions, dont notamment l’absence d’un accord sur le fondement constitutionnel des élections.

Le Sommet de Brazzaville traduit les efforts africains inlassables pour la cristallisation de solutions africaines aux problèmes du continent, loin de l’ingérence étrangère qui aggrave les crises, en préservant  la souveraineté de la Libye et son intégrité territoriale, que l’Algérie n’a eu de cesse de défendre dans les différentes tribunes régionales et internationales.

Lors de la réunion de haut niveau de l’UA sur la Libye l’année dernière à Addis-Abeba, le président de la République a insisté dans une allocution lue en son nom par son représentant à cette réunion, sur l’impératif de relancer le processus de règlement pacifique à la crise difficile que traverse la Libye, au vu des répercussions graves sur la sécurité et la stabilité des pays voisins et toute la région du Sahel, assurant la disponibilité de l’Algérie à contribuer à l’aboutissement du processus de réconciliation nationale libyenne, en collaboration avec l’UA.

La 10e session du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye revêt une grande importance car elle intervient à moins de 3 mois de la tenue de la Conférence nationale de réunification des parties libyennes, prévue en avril prochain dans la ville de Syrte.

Le Comité de haut niveau de l’UA, présidé par le Président congolais, Denis Sassou-Nguesso, regroupe 10 pays à savoir l’Algérie, le Congo, l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Ethiopie, le Niger, la Mauritanie, la Tunisie, le Soudan et l’Ouganda.

APS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page