National

Assurances : Leur  rôle dans la protection des investissements agricoles  

Le directeur général de la Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA), Cherif Benhabiles, a souligné, lundi à Ouargla, que le secteur des assurances assume un rôle capital dans la protection des investissements agricoles.

Lors d’une rencontre régionale placée sous le thème « La mutualité agricole, moyen efficace de développement des grandes cultures pour garantir la sécurité alimentaire », M. Benhabiles a affirmé que « le secteur des assurances assume un rôle grandiose dans la protection des investissements agricoles et la réalisation des revenus auxquels la CNMA s’emploie à fournir la couverture d’assurance appropriée par la prise en charge des catastrophes agricoles ». « L’agronomie saharienne ouvre de larges perspectives de développement économique rural et de faisabilité des projets nationaux retenus pour le développement des zones d’ombre », a-t-il soutenu, avant de faire savoir que « la CNMA s’attelle à être un trait d’union entre l’assurance, sa première vocation, et les autres secteurs partenaires, et de mettre, au travers ces rencontres, ces expériences et connaissances pour le développement des cultures stratégiques, dont la céréaliculture ». Et d’ajouter : « Cette rencontre régionale regroupant les grands céréaliculteurs s’imbrique au titre de la fédération des efforts, de l’examen approfondi des dangers guettant cette filière stratégique (céréaliculture) et la valorisation de la mission de la caisse dans l’accompagnement des acteurs du secteur, agriculteurs, céréaliculteurs et producteurs des semences en application de la stratégie prônée par les pouvoirs publics visant la réalisation de la sécurité alimentaire ». « Bien que le secteur ait été en bute à de sérieuses contraintes dans le sud du pays, toutefois, l’Etat a mobilisé les mécanismes idoines pour bénéficier des terres agricoles en zones sahariennes à travers la mise en valeur des terres agricoles, la mobilisation des eaux souterraines et l’exploitation des nouvelles technologies dans les activités agricoles », a renchéri le directeur général de la caisse nationale de la mutualité agricole devant un parterre composé des acteurs du secteur agricole au niveau de onze (11) wilayas du Sud du pays. Pour sa part, le wali d’Ouargla, Mustapha Aghamir, a indiqué que la mutualité agricole « constitue un moyen efficace pour le développement du segment des grandes cultures et la réalisation de la sécurité alimentaire », ajoutant que le sud du pays a réalisé un « bond qualitatif » dans la production agricole, notamment dans la filière céréalière. De son côté, le directeur général de l’institut national des sols, de l’irrigation et du drainage (INSID), Cherif Negri, a abordé les changements climatiques aux répercussions négatives sur la céréaliculture dans le Sud du pays. M. Negri a, à ce titre, plaidé pour revoir la période de la campagne de labours-semailles sur avis des chercheurs et experts agronomes en vue de trouver les solutions adéquates à même de faire face aux changements climatiques et améliorer le rendement des cultures céréalières en régions sahariennes. Cette rencontre régionale a été sanctionnée par la signature d’une convention-cadre entre la CNMA et le conseil national interprofessionnel des céréales (OAIC) permettant aux céréaliculteurs de tirer profit des indemnisations d’éventuelles calamités naturelles. De même, l’occasion a été mise à profit par la caisse de la mutualité agricole de la wilaya d’Ouargla pour remettre des indemnités pécuniaires à des agriculteurs et entreprises céréalières souscripteurs à la caisse suite aux dégâts occasionnés par les dernières intempéries qu’a connues la région.

R.N.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page