À la uneNational

COVID-19 : L’Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux

 

L’économie algérienne est centrée essentiellement sur les services ce qui ne contribue pas à un développement économique, a souligné, dimanche à Alger l’ancien ministre et diplomate algérien, Mohamed Laichoubi qui a appelé à une reconstitution du tissu économique se basant sur un potentiel humain compétent.

Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, M. Laichoubi qui est également conférencier international a relevé qu' »actuellement le tissu économique algérien se base à 80% sur les services, le commerce et seulement à moins de 9% sur l’industrie ajoutant que ceci ne contribue en aucun cas à un développement économique dans le pays.

Il a appelé, dans le même cadre à donner la chance aux jeunes porteurs de projets prometteurs ainsi qu’à toutes les personnes qui ont la capacité de contribuer à la « reconstitution d’un nouveau tissu économique « pour un développement durable.

« Un plan de valorisation du territoire, la modernisation de l’artisanat, de l’agro-alimentaire et du secteur des textiles, demeurent nécessaires pour réaliser un bond économique important dans le pays », a estimé M.Laichoubi.

Il a toutefois relevé que l’Algérie possédait des atouts majeurs pour faire face à la crise économique qui sévit dans le monde actuellement et qui a été précipitée par la pandémie du coronavirus.

« Le plus important atout de l’Algérie c’est qu’elle ne souffre pas du problème d’endettement alors que la crise économique qui frappe les pays actuellement concerne des problèmes majeurs d’endettements « , a affirmé l’expert international.

Il a cité à titre d’exemple, les Etats-Unis d’Amérique qui souffrent de problèmes graves d’endettement dont 29% envers la Chine et 19 % envers le Japon.

Emergence d’un nouvel ordre mondial suite au covid-19

Après avoir assuré que les prix du pétrole vont rebondir indéniablement,

M Laichoubi a considéré que » la Chine va être un élément moteur de l’économie mondiale après cette crise sanitaire mondiale et que l’économie américaine va connaître un ralentissement important ».

« Certaines économies européennes dont française, italienne ou espagnole connaîtront une décadence certaine », a-t-il estimé.

S’agissant de la pandémie du coronavirus, il a souligné que ce virus a mis à nu tous les systèmes sanitaires mondiaux qui ont prouvé leur défaillance et doivent impérativement être revus en leur intégralité.

« La responsabilité de tout cela revient aux acteurs politiques des pays qui devront désormais investir en premier lieu dans le domaine hospitalier », a-t-il souligné.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page